Bertrand BELIN

Portrait de Bertrand BELIN
Bertrand BELIN
©Pierre Jérôme

Auteur-compositeur et chanteur, Bertrand Belin tourne avec plusieurs groupes avant de s’engager dans une carrière solo en 2005. Son troisième album Hypernuit (Cinq7/Wagram Music, 2010) obtient le Grand Prix du disque de l’Académie Charles Cros. En 2015, il publie Requin chez POL, histoire d’eau où le narrateur sur le point de se noyer revit entre deux apnées les images cinglantes de sa vie. Ressac des phrases et étrangeté du banal : les mêmes ondes poétiques traversent Littoral (POL, 2016), fiction de mer, de violence et de soumission. Sur un bateau où trois marins pêcheurs s’activent, la mort d’un cormoran déclenche une spirale de brutalités où rôde l’ombre de la guerre.

Bertrand BELIN dédicacera ses livres sur le stand de la librairie DECITRE.

Bibliographie

Bertrand Belin, Requin. POL, 2015.

Bertrand Belin, Till. Actes Sud, 2014.

Où le rencontrer ?

Extrait



Si le player ne fonctionne pas, vous pouvez télécharger l’extrait audio.

Extrait de Littoral, POL, 2016

« Toujours est-il qu’il s’agit bien d’un cormoran. Un cormoran s’est pris dans le milieu du filet droit pendant la nuit. Il était comme une torpille à fureter dans le fond près de l’ancienne passe quand il s’est fichu la tête dans le rideau de mailles. Il a naturellement paniqué, a essayé de se dégager avec les ailes et les pattes mais n’est parvenu qu’à les emberlificoter de mieux en mieux jusqu’à ce qu’il en expire. Qui aurait pu dire ?

Son corps était raide comme du bois. Quand l’oiseau est apparu à la surface, personne à bord n’a compris ce que c’était. Le cormoran avait les ailes ouvertes prises dans les mailles, son cou était plié par le dessous et sa queue ouverte en éventail. Ses pattes aussi étaient tendues et ses palmes étirées au maximum. Une raie jamais vu ou une sorte de baudroie en plus noir. Impossible sur le moment de deviner ce que c’était. Puis l’autre a compris. Le plus jeune et le troisième homme ont aussi compris : bon sang !

Un cormoran. Un cormoran s’est pris les ailes et les pattes dans le milieu du filet pendant la nuit. Il était comme une torpille à fureter dans le fond et il s’est fichu dans les mailles. Maintenant il est raide comme du bois. »

Publié dans Auteur, Non classé, Roman français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

9 + 1 =