Céline MINARD

Portrait de Céline MINARD

Céline MINARD

©Léa Crespi

Céline Minard traque dans ses romans à la fois une situation ou un monde singulier et la langue qui en exprime la chair. Dans Faillir être flingué (Rivages, 2013), elle se glisse dans la légende du Far-West, se jouant des figures du western pour faire naître un univers à la fois conforme et inédit. On retrouve dans Le Grand jeu (Rivages, 2016) la même question obsédante : comment vivre avec les autres ? La narratrice pense y apporter une réponse radicale. Ayant fixé à la montagne son refuge high-tech, elle s’approprie son territoire, loin de tous. C’est sans compter avec l’intruse qui vient bousculer ses plans et donner une autre touche à ses méditations stoïciennes.

Céline MINARD dédicacera ses livres sur le stand de la librairie GIBERT JOSEPH.

Bibliographie

Céline Minard, Le Grand jeu. Payot & Rivages, 2016.

Céline Minard, Faillir être fingué. Payot & Rivages, 2013.

Céline Minard, So long Luise. Denoël; Payot & Rivages, 2011; 2014.

Céline Minard, Olimpia. Denoël; Payot & Rivages, 2010; 2016.

Céline Minard, Bastard Battle. Léo Scheer; Tristram, 2008; 2013.

Où la rencontrer ?

Extrait



Si le player ne fonctionne pas, vous pouvez télécharger l’extrait audio.

« Les cinq hommes sont repartis avant que le soleil ne passe derrière la montagne. Le pilote préfère éviter les vols de nuit et les huit voyages qu’il a effectués aujourd’hui avec ces longues minutes de stationnaire précis ont requis suffisamment de son attention pour qu’il ait envie de se détendre dans la vallée. Les quatre techniciens étaient dans cet état de fatigue euphorique que procure le travail accompli, ils ne pensaient qu’à redescendre, prendre un peu de repos, retrouver leur foyer. De mon côté, je n’aurais pas apprécié outre mesure de devoir leur offrir l’hospitalité et peut-être l’ont-ils senti. Ce qui est sans importance.
J’ai confié au pilote l’ultime paiement (en espèces) qui met un terme à mon projet qui n’en est plus un, puisqu’ils m’ont aidé à le réaliser.
Ils n’auront pas à revenir pour raccorder les panneaux photovoltaïques aux batteries, je le ferai moi-même, pour l’ensemble de la structure et pour le module sanitaire installé quelque dizaine de mètres plus bas.
Quand le bruit de l’hélicoptère a été absorbé par la distance, j’ai senti l’épaisseur de l’air et j’ai pu voir le tube de vie dans lequel je vais désormais m’abriter et passer mes jours, si ce n’est mes journées.
Il est à demi appuyé, à demi suspendu à un éperon granitique. On dirait le fuselage d’un avion posé en équilibre entre le vide et la pierre. Mais je sais qu’il est solidement arrimé à son rail d’acier, lui-même fixé et boulonné sur deux mètres d’épaisseur de roche forée.
C’est mon tonneau. Le tonneau dans lequel je vais vivre, dont la coque est faite d’un assemblage de résine, de fibre de verre et de PVC haute densité. Une porte, trois hublots latéraux et l’œil-de-bœuf panoramique qui donne sur le vide vers la vallée, sont les cinq ouvertures qui me permettront d’observer et de respirer le monde extérieur quand je serai dedans. Ensevelie sous la neige, inondée de lumière, lessivée par la pluie, asphyxiée de brouillard. Le reste de la structure est tapissé d’un isolant thermoréfléchissant qui me renverra ma proche chaleur. Combinée à celle que développeront dès demain les batteries reliées aux panneaux photovoltaïques, elle suffira à maintenir une température de vingt à vingt et un degrés constants.
Selon mes calculs, en admettant que je puisse déneiger quotidiennement un tiers de la surface des panneaux, je pourrais tenir un hiver de six mois à une moyenne de moins quarante degrés. Ce qui est largement au-dessus des normes de la région à cette altitude.
La plaque de cuisson est conçue pour fonctionner de deux à trois heures par jour. Couplée au dispositif qui permet de fondre et de traiter la neige, elle consommera vingt à vingt-cinq pour cent de l’énergie produite. Tous les éclairages sont des leds intégrés à la paroi. Une batterie est dédiée à la recharge d’un ordinateur ou d’un téléphone cellulaire.
En cas d’urgence. »

Le Grand jeu, Rivages, 2016

Publié dans Auteur, Roman français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

90 − 86 =